Google n’est pas ton ami !

logo de Google

Mais mon brave c’est Google qui m’a amené ici !

Je suis convaincu que bon nombre d’entre vous on déjà eut à faire aux petits malins de service, qui, sur les forums, n’ont d’autres réponses à vos questions qu’un pathétique et trop fréquent « Google est ton ami ! ». Outre le fait que cette phrase démontre explicitement l’incompétence de ces pauvres garçons à résoudre un quelconque problème, elle nous renvoie aussi l’image peu glorieuse qu’ils se font de nous, celle de lapins de 3 semaines complètement perdus sur la toile et qui du fond de leurs clapiers n’auraient pas connaissance de l’existence de Google. Soit.

L’introduction de ce billet n’a pas pour but de d’ouvrir le débat sur les forums d’entraide ou sur le charisme proche de celui d’un rat crevé de certains intervenants, mais plutôt d’amener au sujet principal : ce fameux moteur de recherche et son comportement vis à vis des utilisateurs et des acteurs de l’internet.

Google est mon ami !

De par son interface sobre, sa facilité d’usage et ses résultats pertinents, Google a su séduire le plus grand nombre des utilisateurs lambda, grâce à sa position incontestable de leader dans le domaine des recherches en ligne et à ses multiples outils tel que les « Web Masters Tools » ou encore « Google Analytics », il est devenu indispensable à bon nombre de professions (webmaster ou autre SEO). Je dois reconnaître que Google a un capital sympathie indéniable auprès du publique grâce à ses Doodles et autre gadgets et certainement aussi accentué par les nombreux reportages télévisés, nous montrant de joyeux et colorés Geeks en bermuda travaillant dans d’immense open-space, sur des bureaux ou se côtoient lampes à lave et figurines de Dark Vador. Mais minute papillon, de là à en faire un ami tout de même, n’exagérons rien, d’autant plus que je n’ai jamais reçu de chocolats à Noël !

Pourquoi cet article ?

Et bien à l’ouverture de ce blog (le 29/09/2011), j’avais clairement 2 objectifs, le premier et le principal était bien évidement d’avoir mon propre site et de partager mes tutoriels, chose que je faisait déjà ailleurs mais enfin soit, la seconde raison était que je souhaitais, personnellement, m’essayer à la gestion d’un site et par la même occasion aux techniques de référencement.

Très rapidement j’ai constaté que le blog commençait à recevoir des visites depuis les moteurs de recherche et bien évidement de Google. J’analysais mes rapports de fréquentation, je me faisais ma petite étude d’amateur et tout allait pour le mieux. Tout naturellement le site était positionné premier sur le mot « rodleg » et je travaillais donc pour essayer de le positionner sur des mots clef tel que « tutoriel  Photoshop»… N’attendant pas de décrocher la lune j’étais tout à fait satisfait.

C’est la que les choses se gâtèrent mon bon Hubert, après un mois d’existence, je ne recevais plus aucune visite provenant de Google. Tout naturellement je me suis dit que mes connaissances basiques en référencement n’était pas suffisantes et que j’avais du certainement commettre une boulette, le site devait avoir était blacklisté et donc n’était plus référencé, hors après l’avoir recherché dans le fameux moteur il s’est avéré, qu’il ne s’agissait pas d’une question de référencement mais de positionnement. Car certes le site était bel et bien référencé mais positionné sur son titre à la 67eme page, que c’était-il passé ?

Après avoir demandé conseil à mon soit-disant ami, je me retrouvais à lire divers articles parlant de Sandbox, et la je tombais des nues, car les informations que je tirais de ces lectures étaient pour le moins surprenantes.

La Sandbox ?

une main dans le sablePour résumer très simplement :

La Sandbox est une pénalité infligée par Google qui déclasse les sites dans les SERP sans les supprimer totalement, soit, l’un dans l’autre c’est toujours ça de gagner. Les raisons de cette sanction restent difficile à expliquer puisque Google ne reconnaît pas l’existence de la sandbox ! Nom d’un castor ! Tout les SEO en parlent et la connaissent mais officiellement elle n’existe pas de qui se moque-t-on ?

Il semblerait que les sites utilisant des pratiques de référencement négatives soient ceux visés par cette pénalité (ce qui serait logique, même si dans ce cas je ne vois pas réellement pourquoi ne pas blacklister ces sites directement, enfin passons) mais pas seulement, effectivement, j’ai appris que les jeunes sites (comme celui-ci) ont toutes les chances de se retrouver dans le bac à sable. Les raisons restent tout autant hypothétiques puisque bien évidement la sandbox n’est pas sensé exister, mais apparemment Google souhaiterait que les jeunes sites fassent leurs preuves avant de pouvoir rentrer dans la course. Nous ne sommes plu vraiment dans une monde amical fait de licornes et d’arcs en ciel !

Une solution à la Sandbox?

La seul solution qui réellement était apportée était d’attendre et de continuer comme si rien ne se passait tout le monde s’accordait à dire que c’était là la meilleur chose à faire.

(Et en effet, je laissais coulé, scrutant mes statistiques, et après 5 semaines le site se trouva à nouveau positionné et les visites provenant de Google reprirent. Reprirent oui mais pour une semaine et ensuite 15 jours de plus de mise en abîme pour qu’enfin tout rentra à la normal. Cela faisait quand même 7 semaines sans trafic provenant de Google pour un site qui avait moins de 3 mois. A ce jour je n’ai plus rien constaté. )

Et après ?

Malgré tout, j’ai trouvé choquant que beaucoup d’intervenants trouvaient tout ceci normal, peut-être par fatalisme ou résignation.

J’ai donc demandé comment assurer la pérennité d’un jeune site comment ne pas baisser les bras en voyant les 3/4 de son trafic disparaître? Mais surtout la question qui me venait à l’esprit comment une société d’e-commerce par exemple qui se retrouverait dans cette situation pouvait survivre ? La seul alternative pour elle serait de se payer des campagnes Adwords pour ne pas mettre la clef sous la porte. La seule chose que je constante est que Google ne considère aucunement l’intérêt des personnes, mais ne prend en compte que ses intérêts économiques usant et abusant de sa position de leader pour dicter sa loi et faire ce que bon lui semble et qu’en aucun cas ses agissements n’œuvraient pour le bien d’internet.

La réponse que l’on me donna bien que pertinente me sembla tout de même bateau, pour faire vite on me dit de ne pas compter que sur Google et de travailler les échanges de liens, les communiqués de presse et le référencement dans les annuaires.

Un pingouin ? Google ? Mais de quoi tu parles ?

un pingouin

Certes mais c’était sans compter sur l’arriver quelques mois plus tard de Google  penguin, oui oui le pingouin ce joli petit animal marchant comme si son pantalon venait de lui tomber sur les chevilles et qui aime glisser sur le ventre sur la banquise avant de se jeter à l’eau, enfin mon pas tout à fait l’autre pingouin, le nouvel algorithme de Google lui permettant de traquer les mauvais référenceurs. Bien que j’aurais tendance à dire simplement « traquer les référenceurs ! », en effet selon moi toutes les annonces de Google faites par le biais de Matt Cutts, n’ont d’autre objectif que de minimiser l’impact et les résultats du référencement naturel sur le trafic afin de favoriser la vente de liens sponsorisés. Car encore une fois sous couvert de vouloir nettoyer internet des méchantes crapules, Google nous met en place des contraintes et réglementations dont le seul but est de finalement nous montrer que le seul référencement valable est payant !

Google n’est pas ton ami !

Depuis l’arrivé de ce volatile de malheur, j’ai l’impression que pas mal de SEO réagissent plus sur l’attitude de Google, notamment depuis que bon nombre d’entre eux ont reçu un charmant mail, leur indiquant que des liens qui ne lui plaisent pas pointaient vers leurs sites. Car en plus de ne pas être votre ami il se fout ouvertement de votre bonne poire, vous devez avoir un contrôle sur les liens provenant de sites tiers qui renvoient vers le votre.

Si réellement la politique était de nettoyer le web ne pensez vous pas que les choses se passeraient différemment ?

  • Avertissement systématique avant une pénalité, avec détail des points à corriger et un délai pour le faire.
  • Une définition claire des bonnes pratiques, qui ne soit pas contredite à chaque annonces.
  • Attendre quelques semaines avant de référencer un nouveau site plutôt que lui faire goûter la marchandise avant de l’en priver.
  • Etc

Enfin voila juste quelque points qui me semblent logiques et dans tout les cas le prochain qui me dit que Google est mon ami …

Rodleg

Une réflexion au sujet de « Google n’est pas ton ami ! »

  1. A.C

    Hello!

    Merci pour votre article où nombre de webmasters se retrouveront.
    C’est mon cas avec 2 de mes 3 sites pingouinisés depuis avril sans avoir la moindre idée du pourquoi, sans avoir la moindre information dans les wmt. Un mépris total.

    Tout comme vous, je croyais en mes sites et en mon travail, mes visites étaient mon carburant. J’ai tout laissé à l’abandon car on ne fait pas un spectacle seul dans la salle.

    Google n’est pas mon ami,
    Google n’est plus mon ami,
    car Google m’a tuer

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s