Adobe s’obstine à vouloir générer du code !

Le moins que l’on puisse dire est que les récentes annonces d’Adobe, concernant la commercialisation de ses logiciels, ont été un sacré choc pour beaucoup.

logo adobe cloudEn effet, Adobe d’annoncer, que plus aucun logiciel de sa suite ne serait vendu sur support physique. Dorénavant pour acquérir les logiciels de la marque il faudra passer impérativement par le cloud, pour une location au mois.

De ce fait, la Creative Suite disparaît, laissant place à la Creative Cloud, ainsi la CS7 ne verra jamais le jour. Il n’y aura pas de versions à cette Creative Cloud, les mises à jour se feront en continu.

Une autre annonce quelque peu radical de la part d’adobe est l’abandon de son logiciel Fireworks. Ce logiciel destiné au web, et fort intéressant à certains égards, est en effet toujours resté dans l’ombre de son grand frère Photoshop. Il n’a jamais réellement trouvé son publique, malgré le fait que certains experts autoproclamés, gourous de tous poils, ninjas ou autres friandises pour Chuck Norris, l’utilisaient allègrement, sur blogs ou réseaux sociaux, comme outil de dénigrement de phototshop (et par la même des Webdesigners qui l’utilisent).

Avec une touche d’optimisme, j’espère voir arriver dans Photoshop CC, certaines fonctionnalités de feu Fireworks.

Toutes ces annonces ont été faites lors de l’Adobe Max il y a quelques jours.
Je ne vais pas réinventer la poudre, donc si vous souhaitez en savoir plus, je vous renvois vers le blog Graphistudio pour voir ces quelques articles :

Qu’en est-il de l’objet de ce billet, à savoir l’obstination qu’a Adobe à vouloir proposer des fonctionnalités de génération de code automatique, entendez par code html et css.
En effet dans l’une de ses récentes vidéos que voici : CSS extraction in Illustrator CC, Adobe a présenté un nouvel outil d’Illustrator CC qui a pour but d’exporter une maquette html depuis une maquette graphique réalisée dans le logiciel.

Dreamweaver le WYSIWYG de la maque est déjà décrié par tout professionnel du web qui se respecte. En effet le code généré est loin d’être à la hauteur. Plus récemment la suite de logiciels EDGE a fait son apparition et encore une fois le code qui en sort n’est clairement pas d’une qualité suffisante pour être exploité tel quel. Ou encore une mise à jour de Photoshop Cs6 que j’avais présentée dans cet article : Exportation Css depuis Photoshop Cs6.

Aujourd’hui, Adobe persiste en tentant d’apporter ce genre de fonctionnalités à Illustrator CC.

Conscient que ces outils ne sont pas à la hauteur il est rare de voir des extrais de code divulgués par la marque. Ainsi j’avais assisté à une présentation d’Edge Relflow ou l’intervenant passait à la trappe toutes questions relatives à la génération du code. Néanmoins dans cette vidéo de présentation d’Illustrator CC on peut apercevoir durant quelques images un extrait de code Css, dont voici une capture d’écran.

capture d'écran du code

Pour voir l’image en plus grand vous pouvez cliquer sur la vignette qui suit.

Que peut-on y voir concrètement que:

  • Tous les éléments sont ciblés à l’aide de classes css.
  • Il n’y a pas de polices de substitution définies.
  • Il y a une importante répétition des déclarations.
  • Les pixels sont coupés (0.9px).

Les classes topcol4 et topcol2 ont exactement les mêmes règles, il est tout à fait logique que la suite du code est du même acabit. De plus la propriété « color » est définit dans la même règle 2 fois tout d’abords avec une valeur en hexadécimal puis une nouvelle fois avec une valeur en RGB.

Alors évidement il s’agit ici d’un fragment de code, mais cette brève vue ne présage rien de bon. Ce code n’est clairement pas exploitable en l’état, clairement les performances du site seraient minimisées et de plus maintenir un site qui aurait un tel code serait une incommensurable perte de temps et d’argent.

Il est évident que ces outils ne sont pas mis en œuvre pour un publique professionnel, mais bien pour des amateurs ne se souciant guerre de la qualité du travail. Dans ce cas pourquoi Adobe s’obstine à vouloir les intégrer au sein de logiciels professionnels et performant comme peuvent l’être Photoshop ou Illustrator? Il serait, selon moi, plus judicieux pour la marque de créer une suite fourre-tout, pour créatif du dimanche, avec laquelle elle pourrait vendre Dreamweaver et toutes ces soi-disant  révolutions qui sont, pour la majorité de ces clients, d’une inutilité flagrante. Et pourquoi pas lorsqu’elles auront atteints un niveau acceptable pour une utilisation sérieuse, dans de nombreuses années, les proposer au pros.

Au passage, pourquoi ne pas placer les efforts nécessaires à la réalisation de ces gadgets dans le développement d’un logiciel de 3D qui fait défaut à la suite?

Rodleg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s