Qu’est ce que le Perverted Crowdsourcing ?

En premier lieu, je tiens à rendre à qui de droit ce terme de « Perverted Crowdsourcing », en effet je ne l’ai pas inventé, c’est Mr Laurent DEMONTIERS qui pour la première fois l’a utilisé sur le forum Kob-One il me semble.
Ensuite cet article n’est certainement pas un inédit sur le web, beaucoup d’autres avant moi ont traité de ce sujet, je ne vais donc pas ici révolutionner le monde ni même apporter des éléments bien plus pertinents que les autres, c’est pourquoi j’essayerais de lister un maximum de liens à la fin de l’article et vous pourrez en apporter d’autres dans les commentaires (sous réserve de modération).

Au commencement était le crowdsourcing.

Pour expliquer le perverted crowdsourcing il faut d’abord définir ce qu’est le crowdsourcing. Le crowdsourcing c’est l’externalisation, l’action de faire appel à des sources extérieures pour réaliser une tache. Sur le web cette méthodologie est très largement utilisée, en effet nous pouvons par exemple parler des forums d’entraide ou de tout autre site faisant appel aux internautes pour créer du contenu. Vous l’aurez compris un site de crowdsourcing est donc un site participatif dans lequel l’internaute y a un rôle actif. Le site participatif le plus connu est certainement Wikipédia. Mais n’est pas Wikipédia qui veut malheureusement !

Comment en arrive-t-on au « Perverted Crowdsourcing » ?

Et bien comme toute perversion, elle née dans la tête d’êtres pervers, et la plus grande des perversion qui puisse naître dans l’esprit d’un homme est bien souvent liée à l’argent.
L’idée de départ, qui n’a pas lieu d’être remis en cause, c’est donc retrouvée transformée et pervertie en un système crapuleux visant à amasser des richesses sur le dos de personnes naïves.

Pour faire simple, le perverted crowdsourcing propose donc aux internautes de vendre (ou d’essayer de vendre) leur travail sur des sites, qui souvent, se définissent comme des places de marché. Bien souvent cette tentative de vente se fera dans un système mettant en compétition des centaines de personnes, et comme dans toutes les compétitions seul une personne l’emporte. Emporter quoi ? Et bien une rétribution, qui toujours, est en dessous des tarifs du marché et sur laquelle il devra céder plus de 50% au site sur lequel s’est déroulée la vente. Au final les seuls réellement gagnants au niveau financier dans l’histoire se sont les gérants de ces sites.

Ainsi depuis quelques années maintenant, il ne se passe plus un mois sans qu’un site de perverted crowdsourcing n’apparaisse, dans 99% des cas, ils touchent le secteur de la création, du design, du graphisme, du développement, de la rédaction …

Concrètement que peux-t-on reprocher au perverted crowdsourcing ?

La qualité souvent médiocre des services proposés :

En effet, la quantité remplace la qualité, ainsi les sites en question se moquent bien de savoir si les personnes mettant en vente tantôt un logo tantôt un webdesign … sont des professionnels ou de simples amateurs sans expérience ni formation prétendant exercer une réelle profession.

Les prix et rémunérations :

C’est évidement ce qui fait le succès de ces sites auprès des clients, les tarifs fixés sont très nettement en dessous de ceux exercés par les vrais professionnels. Évidement avec une telle culture du low-cost  mise en avant auprès des clients, comment serait-il possible pour un professionnel de rivaliser face à cette concurrence déloyale.

Pour les personnes participant à ces sites, quant à elles, se retrouvent au final, et dans la mesure ou leur travail se retrouve choisi par le client, avec un revenu qui est très nettement inférieur à un salaire minimum légale.

La légalité :

Le point qui a le plus d’importance est bien celui-ci, la ruse a été de faire passer tout ceci pour autre chose que du travail, ainsi nullement besoin de respecter le code du travail, de payer des cotisations patronales… (Encore un fois c’est à l’avantage des patrons gérants.)

Les participants n’ont pas de contrats (avec tout ce que cela signifie en terme d’indemnités …) et donc pas de salaires. Si vous trouvez une situation de travail plus précaire je serais curieux de la connaître. Évidement dans ces conditions et si l’on se rend bien compte que ces « participations » sont en réalité de « vrais » emplois, on peut tout à fait les comparer à du travail non déclaré.

L’age des participants est (parfois) en dessous de celui légal pour travailler. Internet n’oublie que très rarement les choses, ainsi je suis tombé, une fois, sur le blog d’un participant, qui se présentait comme un collégien de 5eme il me semble. Alors, à part en ayant eu une scolarité plus que chaotique, je ne vois pas comment il lui aurait été possible de travailler en France ou dans tout autre pays de l’union européenne.

La liste des points qui se trouvent être plus que contestables au niveau légal est tellement importante, et comme d’autres sont plus aptes que moi pour parler de ces sujets de légalité, je vous renvoie vers la liste des liens qui suit l’article.

Néanmoins il y a un, que je n’ai jamais vraiment vu relevé, ce n’est pas directement lié à l’activité de ces sites, mais plutôt aux manières qu’ont certains gérants de ces sites scabreux de les promouvoir.
Avant de lancer ce petit blog, j’avais une idée de site qui avait pour but de diffuser des tutoriels (à une autre échelle que sur le blog). J’avais donc cherché des noms qui pourraient coller à l’activité, et à ma grande surprise, je constatais qu’une multitude de ces noms de domaine avaient été déposés. En recherchant un peu plus sérieusement, je trouvais qu’une bonne quarantaine de NDD ayant à voir avec le tutoriel avaient été enregistrés. La majorité de ces noms n’étaient pas utilisés, mais pour 3 ou 4 d’entre eux il s’agissait de sites (satellites) qui ne faisaient que reprendre l’actualité d’un seul site (de perverted crowdsourcing) et tous les liens qu’ils possédaient pointés vers ce même site.
Alors si les services juridiques des sociétés de se style ont réussi à manipuler les lois pour faire passer ces activités comme légales, ils ont oublié de rendre propre ce système de communication et de concurrence déloyale, qui à déjà été condamné par le passé (histoire de la condamnation de saveur bière).
Vous pouvez ajouter à cela la fâcheuse tendance (tout aussi illégale) de supprimer les commentaires négatifs des clients sur ces sites, et vous avez une idée assez juste de la manière dont ces gens voient ce qui est étique et ce qui ne l’est pas.

Maintenant place aux liens:

Le site de Marie&Julien sur lequel y est fait un énorme travail pour dénoncer ces activités douteuses et où vous risquez de passer plusieurs heures, avec entre autre:
Quand ****** et ****** nous font un joli numéro de cirque.
*******, quand le perverted-crowdsourcing touche la formation.

Le forum Kob-One ici aussi vous allez avoir des heures de lecture passionnées.

Une explication juridique du crowdsourcing sur le site de Murielle Cahen.

******, ****** & co: la gangrène du créatif par le crowdsourcing sur le site « les graphisteries ».

Une image qui en dit long sur le sujet, sur le Tumblr « Mon Maçon était illustrateur ».

La liste noire des appels d’offres sur le site de l’Alliance Française des Designers (AFD).

Pour terminer avec les sources, je ne peux que vivement vous conseiller de faire une recherche sur « Les forçats du cybermonde« , vous trouverez très facilement la vidéo du reportage qui j’en suis sûr vous fera comprendre à quel point vous ne vous trouvez pas dans un monde de bisounours.

N’hésitez pas à apporter votre point de vue, vos retours d’expériences ou des liens vers d’autres articles intéressants ou autre dans les commentaires. Je vous demanderais par contre de ne pas faire de liens directement vers un de ces sites à la noix ici, il ne manquerait plus qu’on leur fasse de la pub!

Rodleg

4 réflexions au sujet de « Qu’est ce que le Perverted Crowdsourcing ? »

  1. Ping : Ton travail ne vaut rien, ou si peu. | Rod-Leg

  2. Ping : Du plagiat en veux-tu en voila ! | Rod-Leg

  3. Ping : Ne me contactez pas si vous participez au Perverted Crowdsourcing | Rod-Leg

  4. Ping : Comment gagner de l’argent sur internet ? « FreshPixel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s